Get Adobe Flash player

La pisciculture

Crédit Photo: AAPPMA Nive/APRN

INTRODUCTION

On compte au total une vingtaine de piscicultures sur l’ensemble du Pays Basque. De taille familiale, elles emploient un cinquantaine de salariés.Les plus importantes sont regroupées sur la vallée des ALDUDES. Quelques autres sont réparties sur le reste du bassin de la Nive. Une est située sur le Baztan (commune de Bidarray), une sur

l’Esterenguibel (commune d’Esterençuby) ainsi que sur le Béhorleguy (commune d’Ahaxe).    Deux autres piscicultures se trouvent en dehors du bassin de la Nive. L'une est placée sur la Nivelle et la seconde sur le territoire de Soule (pisciculture de Licq-Atherey).

CARACTERISTIQUES

-           La pisciculture est une activité importante dans le pays basque notamment sur la vallée des Aldudes. La production est essentiellement salmonicole. La truite arc en ciel (Oncorhynchus mykiss)  qui est l’espèce la plus produite, est destinée en majeure partie à la consommation humaine (GMS, marché de Rungis,  marchés locaux). La pisciculture de  BIDARRAY est l’une des plus anciennes piscicultures de France. Elle a été créée dans les années 30.

Les  salmonicultures du pays basque produisent 1630 tonnes vendues par an pour un chiffre d’affaire global de 5 200 000 €. 53 personnes sont actuellement employées dans ces élevages.

GESTION

L’ensemble des producteurs sont regroupés autour d’un Groupement de Défense Sanitaire (GDS). Les objectifs des GDS de manière générale sont :

-          Agir pour protéger la santé publique par l’amélioration de la santé animale.

-          Contribuer à accroître le revenu des  éleveurs en réduisant les coûts liés aux maladies et à leur traitement.

-          Favoriser l’économie de l’élevage en garantissant la qualité sanitaire des animaux et du produit.

La principale mission d’un GDS est de rassembler les éleveurs :

-          Pour accompagner les Services Vétérinaires dans la réalisation des prophylaxies officielles.

-          Pour conduire des programmes collectifs d’Assainissement sanitaire.

-          Pour proposer aux éleveurs des services personnalisés dans les domaines de la santé animale, de l’hygiène et de la qualité sanitaire.

-          Les pisciculteurs sont également regroupés autour de du S.P.S.O. (Syndicat  des Pisciculteurs du Sud et de l’Ouest).

ATOUTS

-          L’aquaculture et plus particulièrement la salmoniculture a une importance non négligeable pour le territoire. Autant en terme d’économie locale que d’emploi.

 

Grâce à un suivi de l’élevage et un cahier des charges, les producteurs comme ceux regroupés autour du GIE Salmo-Basque détiennent le label « Filière qualité carrefour » ce qui est un gage d’un produit sain pour le consommateur et une garantie d’un marché régulier pour le producteur.

La pisciculture de Banca quant à elle est réputée pour son élevage de qualité. Elle fournit   entre autre l'hôtel du palais à Biarritz, et l'Élysée à Paris.

 

ENJEUX

-  Les élevages aquacoles qui sont soumis à autorisations (exemple: production supérieure à 30 tonnes par an), sont également appelés production dite intensive. De tels élevages ont un impact plus ou moins important sur le milieu naturel selon le stock de la pisciculture. les produits utilisés par les pisciculteurs (qualité de l’aliment, traitement des poissons, désinfection sanitaire …) peuvent avoir une répercussion sur la qualité de l’eau des cours d’eau environnant.

-  Ces élevages notamment la salmoniculture ont des rejets importants en ammoniaque (NH3) qui sont dus essentiellement à la digestion de l’aliment. L’ammoniaque se révèle être toxique pour les êtres vivants à partir d’une certaine concentration. Fort heureusement la rivière peut « absorber » en grande partie ce type de rejet avec un mécanisme naturel appelé auto-répurtion du milieu. De plus, les pisciculteurs sont très attentifs à ce genre de mécanisme ; car la qualité de leur élevage et la survie de leurs poissons en dépendent.

- Des contrôles sont effectués de manière régulière par les agents de l’ONEMA afin de vérifier les différentes valeurs en aval des piscicultures.

- Le nettoyage des bassins d’élevage peut également rendre l’eau très turbide en aval des élevages aquacoles.

- Au delà des risques éventuels de pollution,  l’alimentation en eau des piscicultures nécessite des prises d’eau par dérivation à partir de barrages. Ces édifices modifient la courantométrie naturelle de la rivière (zone de calme en amont). Les barrages peuvent également empêcher la remontée des poissons migrateurs tels que le saumon, ou la truite de mer. Fort heureusement, la nouvelle loi sur l’eau impose à ces édifices la mise en place de passes à poissons qui permettent aux salmonidés de remonter.

- L’eau déviée par les pisciculteurs est, elle aussi, contrôlée. Les producteurs sont tenus de laisser un débit réservé qui est proportionnel au module inter-annuel (moyenne des débits sur plusieurs années). Même si ce point est une contrainte supplémentaire pour les aquacultures qui doivent pallier le manque d’eau en période d’étiage (pendant l’été), cela permet au milieu naturel de pouvoir se maintenir  et évite la mortalité d’espèces sensibles comme les truites en cas de forte chaleur et de faible débit.

 

Les projets et améliorations :

- Au-delà des différentes contraintes qui existent au niveau aquacole, les producteurs s’orientent de plus en plus vers des élevages de qualité. Le but étant de pouvoir obtenir des labellisations reconnues du consommateur pour garantir un marché constant, mais aussi vendre le produit à un meilleur prix. Dans cette optique, un projet d'IGP "Truite du Pays Basque" est actuellement porté par l'Association "la Truite du Pays Basque", regroupant l'ensemble des salmoniculteurs basque, et déjà dépositaire d'une marque.

-  Le poisson est aujourd’hui de plus en plus recommandé par les diététiciens, et la tendance des consommateurs par rapport aux produits carnés est entrain d’évoluer. Récemment encore, les producteurs de la vallée des Aldudes avaient du mal à fournir leur clientèle tant la demande était importante.

- Certains producteurs quant à eux privilégient la transformation du poisson (filets de truites, darnes, pavés…) Ce type de produit est plus attrayant pour le consommateur qui aura moins de difficulté pour de la préparation culinaire qu’un poisson entier.

-Enfin, certains éleveurs jouent uniquement sur la gamme de la qualité ; en préférant rallonger leur cycle d’élevage (ce qui est coûteux pour le producteur), mais cela leur permet d’avoir un produit de bien meilleure qualité. Grâce à cela ils peuvent fournir les plus grands restaurants de la région. Un pisciculteur de la vallée des Aldudes à même obtenu la médaille d’or au salon de l’agriculteur à Paris grâce à la qualité exceptionnelle de son produit.

- Les pisciculteurs ne sont pas les seuls acteurs de la rivière. Les centrales hydroélectriques ainsi que les pêcheurs regroupés en associations représentent plus de 3000 personnes chaque année. Il faut également compter les activités estivales comme le tourisme et le canyoning qui est de plus en plus répandu. Il y a donc beaucoup d’enjeux pour l’ensemble des usagers des cours d’eau du pays basque,  tant dans le milieu professionnel qu’associatif.

 

POUR EN SAVOIR PLUS …

-          Voici les différents liens qui peuvent vous renseigner sur le monde aquacole :

 

GDSAA

Groupements de Défense Sanitaire Aquacole d'Aquitaine
1, rue Marcel David - BP 219 - 40004 MONT-DE-MARSAN Cedex
Tél.   05 58 06 88 62 - Fax : 05 58 75 85 59

 

FFA

Fédération Française d'Aquaculture - 546, place St Exupéry, 33127 ST JEAN D'ILLAC
Tél.   05 56 68 94 95 - Fax : 05 56 68 92 94 - Email : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. - http://www.cipa-pro.fr/

CIPA

Comité Interprofessionnel des Produits de l'Aquaculture - 32, rue de Paradis, 75010 PARIS.
Web :
www.lapisciculture.com - http://www.cipa-pro.fr/

FEAP

Fédération Européenne des Producteurs Aquacoles - http://www.feap.info/feap/default_fr.asp

OFIMER

Office National des Produits de la Mer et de l'Aquaculture - 76 - 78 rue de Reuilly - 75012 PARIS
Tél.  01 53 33 47 00 - Fax : 01 53 33 47 47 - E-mail: Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. - http://www.ofimer.fr/

ONEMA

Contact : Office National de l’Eau et des Milieux Aquatiques.

Le Nadar – Hall C

5 square Félix Nadar

94 300 Vincennes – Tél. 01 45 14 07 33


FICHES LIEES

Dans la rubrique "Conseils pratiques": Respecter le milieu naturel

<<  Novembre 2017  >>
 Lu  Ma  Me  Je  Ve  Sa  Di 
    1  2  3  4  5
  6  7  8  9101112
13141516171819
20212223242526
27282930   

logo

Informations légales - Connexion

>