Get Adobe Flash player

L’agropastoralisme en montagne basque

Caractéristiques :

 « Le pastoralisme décrit la relation interdépendante entre les éleveurs, leurs troupeaux de ruminants et leur biotope. Cette relation débute il y a 10000 ans [au néolithique] avec la domestication de certains animaux à l’instinct grégaire. »

Le pastoralisme est avant tout synonyme d’utilisation des ressources naturelles en fonction des saisons et des altitudes. Ainsi, les travaux de l’homme suivent les ressources fourragères, sur des terrains privés dans la vallée l’hiver et sur des terrains collectifs en estive l’été, saison à laquelle on libère la ressource cultivée de vallée pour refaire le stock de fourrage pour l’hiver suivant.

 

 

 

Les trois étages de la montagne

Crédit Photo: Chambre d'agriculture des Pyrénées-Atlantiques

- Les fonds de vallées:

Les prairies sont surtout situées dans les fonds de vallées, prairies d’etxe, là où les sols sont profonds et la pente plus faible. Elles sont pâturées par les animaux et fauchées au printemps et en été. Le climat aux confluences du domaine atlantique et montagnard est plus doux que sur le reste de la chaîne pyrénéenne. Une aubaine pour les éleveurs, car en conséquence les prairies du Pays-basque sont parmi les plus productives de France! La bonne pousse de l’herbe profite au bétail qui peut sortir pâturer les prairies même l’hiver.

 

- Les zones intermédiaires:

Les prairies sont aussi présentes plus en altitude dans les quartiers de bordes, où les animaux pâturent  au printemps avant la montée aux estives, ou à l’automne avant de redescendre sur les exploitations. Cette zone, entre plaine et montagne, entre fond de vallée et estive est aussi appelée zone intermédiaire. Elle est de moins en moins pâturées actuellement.

- Les estives:

Les estives sont des zones de pelouses situées en sommets des massifs, pâturées à partir du mois de mai et jusqu’en septembre- octobre.

Le déplacement du bétail vers les estives en été et vers la vallée en hiver s’appelle la transhumance. La montée en estive nécessite une organisation à l’échelle de la vallée pour libérer les ressources privées (pâtures situées autour ou à proximité du siège d'exploitation). Des Syndicats de Vallée ou Commissions Syndicales gèrent ces territoires indivis collectifs, leurs cabanes et parcours octroyés uniquement aux éleveurs des vallées, et assurent l’entretien des accès aux pâtures, l’approvisionnement en eau et la construction de baignoires de déparasitage, et autres infrastructures collectives nécessaires à la gestion des troupeaux.

 

- Un paysage créé par l'homme et entretenu par l'activité pastorale:

Au Pays-Basque, la lande et la pelouse sont des végétations secondaires, c’est à dire créées par l’action de l’homme. Des recherches scientifiques ont démontré que les pelouses et landes que nous observons aujourd’hui dans le paysage ont été dessinées par l’action de l’homme, gagnées sur la forêt lors d’épisodes successifs de défrichement par le feu à la préhistoire, puis à l’Antiquité. A ces altitudes sans l’action de l’homme, du bétail et du feu depuis le néolithique, la montagne basque serait recouverte de forêt. L’activité pastorale très présente en Pays-Basque permet de maintenir ce paysage de landes et pelouses, fait plutôt rare dans le reste de l’Europe.

Les bruyères, ajoncs ou fougères que l’on y trouve sont très souvent récoltées par les éleveurs pour servir de litière aux animaux pendant l’hiver, dans les bergeries et étables. Associé aux déjections des animaux cela produit un très bon fumier pour fertiliser les prairies.

A cause de la forte dynamique de végétation, le pâturage n’est parfois pas suffisant pour entretenir les milieux et la broussaille s’y développe : on dit que la lande se ferme. C’est pourquoi les éleveurs continuent d’utiliser le feu pour entretenir les pâturages : c’est l’écobuage ou feu pastoral. La lande est donc une végétation en dynamique perpétuelle, sous l’action de l’homme.

La pelouse est la végétation rase des estives, des sommets de massifs. Suivant la nature du sol, les plantes qui y poussent sont de qualité  variable pour le pâturage des troupeaux. Les sols calcaires donnent en général des pelouses de grande qualité, propices à la fabrication de fromage.

Les montagnes de basse altitude sont même utilisées toute l’année par les chevaux et notamment les pottock (Baigurra, La Rhune, Artzamendi).

 

 

Les principaux acteurs du Pastoralisme :

EHMEB : Euskal Herriko Mendi Elkargoen Batasuna (Association des Commissions Syndicales de la montagne basque)

CSPS : Commission Syndicale du Pays de Soule

CSPC : Commissions Syndicale du Pays de Cize

CS Vallée de Baigorri : Commission Syndicale de la Vallée de Baigorri

CS Vallée de l’Ostabaret : Commission Syndicale de la Vallée de l’Ostabaret

Chambre d’Agriculture des Pyrénées Atlantiques

Euskal Herriko Laborantza Ganbara (EHLG)

EHA : Euskal Herriko Artzainak (Association des bergers sans terre)

DDTM : Direction Départementale des Territoires et de la Mer

CG64 : Conseil Général des Pyrénées-Atlantiques

CCDEO : Coopérative Centre Départemental de l’Elevage Ovin

LEPA d’Oloron : Lycée d’Enseignement Professionnel d’Oloron

 

Données chiffrées (population de brebis, vaches, pottock), produits, nombre d’exploitation transhumantes, de bergers, de cabanes.

Sur les secteurs de Soule, de Cize, de Baigorry et de l’Ostabarret, 65 000 ha sont pâturés par 173000 brebis, 12000 vaches, 1900 chevaux et 500 chèvres.

250 cabanes sont utilisées par des éleveurs principalement pour le gardiennage des brebis taries mais aussi pour la fabrication du fromage sur 1/3 d’entres elles.

Les bergers sans terre sont les principaux producteurs de fromages d’estives.

 

Atouts et menaces

Le pastoralisme en montagne basque est avant tout une source d’une production de qualité, d’emplois et une ressource économique en zones de faible industrialisation. Il est le garant de la survie d’une culture montagnarde et de l’identité basque.

Le pastoralisme permet en plus l’entretien du paysage (il empêche la fermeture des milieux) qui fait l’attrait du tourisme en Pays Basque.

Autre fait non négligeable, les pratiques agricoles comme l’écobuage permettent l’ouverture de milieux différenciés, de très secs à humides, habitat d’une faune et d’une flore sauvage très diversifiée.

 

Pour en savoir plus...

 

Site Internet du SIG Pyrénées: www.sig-pyrenees.net

Site Internet du GIS 64 : www.gis-id64.fr

Site de la Communauté de Commune Iholdi-Oztibarre: http://www.iholdi-oztibarre.com/fr/economie/lagriculture/lactivite-agricole.html

Mémoire de fin d'étude sur le thème de "l'Attractivité du mêtier  d'Agriculteur" par Emilie Salvi: http://www.soule-xiberoa.fr/fileadmin/Bibliodocs/Agriculture/Attractivite_agriculture.pdf

Site Internet de l'AFMR Etcharry: http://www.afmr-etcharry.com

Site Internet de la Fédération des Commissions Syndicales du Massif Pyrénéen: http://www.montagnes-des-pyrenees.org/

Site Internet de l'Association Française de Pastoralisme: http://www.pastoralisme.net

Diagnostics pastoraux

 

Fiches liées

Dans la rubrique "Les activités" :L’agropastoralisme en montagne basque.

Dans la rubrique "Conseils pratiques": Respecter les animaux de la montagne.

 

<<  Novembre 2017  >>
 Lu  Ma  Me  Je  Ve  Sa  Di 
    1  2  3  4  5
  6  7  8  9101112
13141516171819
20212223242526
27282930   

logo

Informations légales - Connexion

>