Get Adobe Flash player

Les races locales de brebis laitières.

INTRODUCTION

- La Basco Béarnaise:

Crédit Photo: CCDEO

- La Manech Tête Noire:

Crédit Photo: CCDEO

- La Manech Tête Rousse:

Crédit Photo: CCDEO

 

Ces 3 races de brebis laitières sont essentiellement élevées sur la zone de production de l’AOC Ossau Iraty, à savoir les 366 communes de la Montagne et du Piémont Basque et Béarnais, et 3 communes des Hautes Pyrénées.

Crédit Photo: CCDEO

 

On regroupe aujourd'hui sous le nom de Basco béarnaise les 2 races Basquaise et Béarnaise (non influencées par le Mérinos) qui font partie de la famille des races ovines des Pyrénées à laine tombante avec l’Auroise et la Lourdaise ; la Basquaise, de gabarit un peu moindre, vivait à l'origine dans une zone intermédiaire entre la Manech et la Béarnaise.

D'implantation ancienne dans les vallées des Pyrénées, les races Manech seraient originaires d'Asie et n’aurait pas subi d’infusion de sang Mérinos comme certaines races des Pyrénées Centrales.

CARACTERISTIQUES

La Basco béarnaise est essentiellement localisée dans la montagne béarnaise (vallées de l'Ouzon, d'Ossau, d'Aspe et de Baretous). Autrefois utilisée pour sa viande et son lait, c’est la race la plus charpentée des trois. Longtemps utilisée dans les systèmes associant estives sur les hauts sommets pyrénéens et hivernage dans le vignoble des grands crus du Bordelais, cette race continue d’habiter chaque été les plus hauts sommets des Pyrénées-Atlantiques.

La Manech Tête Noire est la plus « montagnarde » des trois races ovines laitières des Pyrénées Atlantiques : elle occupe les territoires les plus difficiles de la montagne basque (Haute Soule, forêt d’Iraty, vallée des Aldudes) dans les Pyrénées-Atlantiques. Son maintien est aujourd'hui un véritable enjeu.

Du fait de son potentiel de production supérieur aux autres races ovines laitières des Pyrénées, la Manech Tête Rousse est la plus présente dans les zones d’élevages les plus productives du bassin, à savoir les coteaux basques (Basse Navarre, basse Soule…) au climat doux et humide favorable à la pousse de l’herbe. C’est également la race dominante en effectif dans les élevages ovins du bassin.

La Basco-Béarnaise :

- Race de format moyen (60 kg pour les brebis et 75 kg pour les béliers).

- Tête étroite, fortement busquée et munie de cornes enroulées en spirales autour des oreilles dans les 2 sexes.

- Toison composée de laine blanche grossière, est légèrement frisée formant des mèches longues et pointues.

- Particulièrement adaptée à la grande transhumance, elle continue chaque année à estiver vers les hauts sommets pyrénéens

La Manech tête noire :

- Format moyen (70 à 80 kg pour les béliers et 55 à 60 kg pour les brebis) à laine blanche et très longue (jusqu'à 30 cm).

- Tête cornue dans les 2 sexes, et ses membres, forts et grands par rapport à la taille de l’animal, sont dépourvus de laines et de couleur noire.

- Chanfrein étroit et busqué, oreilles longues, fortes et dirigées vers le bas.

- Toison à mèches longues et pointues comporte un collier noir, et présente des fibres de couleur gris foncé ou noire.

La Manech tête rousse :

- Race de format moyen (55-70 kg pour les béliers et 45-50 kg pour les brebis). C’est la plus petite des trois races laitières des Pyrénées Atlantiques.

- Toison composée de laine blanche en mèches longues et pointues et grossières (jusqu'à 30 cm) alors que la tête et les pattes sont dépourvues de laine et pigmentées de couleur rousse.

- Chanfrein étroit et busqué, oreilles longues, fortes et dirigées vers le bas.

- Toison présente aussi quelques fibres à pigmentation rousse. Ce sont de bonnes laitières (c’est la plus productive des trois races des Pyrénées Atlantiques), faciles à traire et aptes au dessaisonnement.

Ces 3 races sont de bonnes laitières, faciles à traire et aptes au dessaisonnement.

 

GESTION DES RACES PAR LE CENTRE OVIN

Les 3 races locales ont été officiellement reconnues par le Ministère en 1970.

Elles font l’objet d’une gestion collective par un Organisme de sélection qui regroupe à la fois les éleveurs eux-mêmes et les partenaires de la filière (AOC Ossau Iraty, Interprofession du Lait de Brebis des Pyrénées Atlantiques,…)

 

L’objectif principal de la sélection des races locales par le CCDEO est :

- D’augmenter la compétitivité des élevages de la zone d’AOC.

- En assurant le maintien de pratiques de production parfaitement adaptées aux territoires fragiles qu’elles occupent.

- En ayant un rôle positif sur l’environnement, la biodiversité et la lutte contre les risques climatiques (incendies, avalanches…)

 

D'autres enjeux sont exprimés sur le territoire, particulièrement par l'Association "Buru Beltza", récemment constituée pour travailler sur le maintien de la race Manech tête noire et de ses critères de sélection esthétiques, de moins en moins présente même sur les territoires les plus difficiles.

Aujourd’hui, les 3 races locales sont sélectionnées :

- Sur le standard de la race.

- Sur la quantité et la qualité du lait sur la résistance aux maladies.

ATOUTS/EVOLUTION

L’intérêt de ces races est multiple :

•Au niveau économique :


Le travail de sélection collective, qui complète la sélection individuelle menée par les éleveurs depuis des décennies, a permis de faire de ces races des outils de production compétitifs garantissant un revenu aux éleveurs, s’adaptant aux exigences de qualité et d’efficacité des filières, tout en respectant les exigences d’adaptation au milieu. Leur bonne image auprès des consommateurs constitue de plus un atout commercial indéniable dans le cadre des démarches de qualité.


•Au niveau environnemental :


Le maintien des races locales en tant qu’outils de production compétitifs a permis de pérenniser des systèmes d’élevage situés dans des zones à fort handicap naturel (causses, bassins versants, vallées, plateaux, piémonts,…), dans lesquels le fonctionnement des troupeaux reste basé sur l’exploitation des ressources fourragères et pastorales locales, sur l'autonomie fourragère et la mise en valeur d'espaces souvent fragiles. A ce titre, ces races sont de véritables outils d'aménagement du territoire.


•Au niveau social :


L'utilisation de ces races par des éleveurs passionnés est traditionnellement basée sur des organisations collectives. Les structures raciales constituent un ciment, un moyen permettant de valoriser la synergie « races /filières /territoires ».


Les races locales de massif sont le moteur d’une économie rurale basée sur des filières agricoles d’excellence tant sur la qualité des produits que sur le respect de l’environnement et le maintien de la biodiversité de nos montagnes. Elles sont les garantes du maintien d’une identité locale forte basée à la fois sur la qualité et de la diversité des paysages montagnards et des produits issus de ces races appartenant au patrimoine culinaire national.

ENJEUX

La récente réforme de l’organisation de la génétique française a fragilisé l’ensemble des races locales françaises qui ont du mal à trouver les moyens d’exister entre :

  • d’une part les grandes races internationales (primholstein, charolais,…) ayant les moyens d’autofinancer leurs programmes de sélection
  • d’autre part les races menacées faisant l’objet de programmes spécifiques de conservation mais n’ayant plus aucun impact économique

 

D’où la création en 2007 du Collectif des Races de Massif (CORAM)

Le Collectif des Races locales de Massif (CORAM) est une association créée en 2007 afin promouvoir, coordonner, représenter et défendre les races locales situées sur les principaux massifs français (Alpes, Pyrénées, Massif central et Corse) qui recherchent l’amélioration de la compétitivité des élevages tout en axant leur politique sur le maintien de pratiques de production liées aux territoires qu'elles occupent et sur le renforcement du lien entre les races locales et leurs produits typiques. Il regroupe les Organismes de Sélections (OS) qui ont en charge la gestion et l’orientation de la sélection ainsi que la promotion des races locales de massif.

Les races du CORAM sont engagées dans une véritable dynamique économique au service de la filière et des territoires.

Dans le cadre du collectif qu’elles ont créé, les races locales de massif ont décidé d’adopter une charte en 7 points définissant bien leur stratégie et leurs préoccupations :

- Sélectionner les races dans leur milieu

- Préserver la variabilité génétique des populations au sein de chaque race

- Mettre la génétique au service de systèmes de production «autonomes et économes»

- Sélectionner à la fois sur des critères de production et sur des critères fonctionnels

- Mettre le progrès génétique à la disposition de tous

- Être à l’écoute des attentes des filières et des territoires

- Collaborer dans le respect des berceaux d’origine de chaque race


CONTACTS

CCDEO- Coopérative Centre Départemental de l’Elevage Ovin

Claude Soulas

Quartier Ahetzia

64130 Ordiarp

Tél. : 05.59.28.05.87

Courriel : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

CORAM - Collectif des Races des Massifs

BP 42 118

31 321 CASTANET TOLOSAN CEDEX

Tél. 05 61 75 44 49 - Fax. 05 61 73 85 91

Courriel : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

FICHES LIEES

Dans la rubrique "Les activités": l’Agropastoralisme en Montagne Basque

Dans la rubrique "Conseils pratiques": Respecter les animaux de la montagne

<<  Novembre 2017  >>
 Lu  Ma  Me  Je  Ve  Sa  Di 
    1  2  3  4  5
  6  7  8  9101112
13141516171819
20212223242526
27282930   

logo

Informations légales - Connexion

>